LES APPAREILS EN CHAUFFAGE PRINCIPAL

Il existe une gamme d’appareils de chauffages individuels pour chaque énergie, y compris celles tombées en déshérence pour le chauffage collectif, comme le charbon et le pétrole lampant, sans oublier le bois, avec les poêles et cheminées traditionnelles ou à insert.

Néanmoins, les produits qui connaissent le plus de succès sont ceux qui peuvent profiter de systèmes de régulation assez performants pour ne fournir que la chaleur nécessaire à chaque instant. Voici les conseils de notre chauffagiste, vous pourrez retrouver son blog ici :

Modes opérationnels

Le chauffage par appareils individuels peut équiper des logements de n’importe quelle surface, collectifs ou pavillonnaires. La diversité des équipements offerts sur le marché permet de couvrir des modes d’utilisation extrêmement variés, chaque technique étant plus appropriée à un type d’usage. L’équipement individuel peut donc se présenter comme un concurrent du chauffage central, même si dans certains cas il en devient l’assistant, voire l’allié. En fait, c’est la fonction qu’on leur demande et la façon dont ils l’assurent qui différencient les appareils individuels employés pour le chauffage principal d’une habitation.

  • Les appareils autonomes assurent seuls la fourniture de chaleur. La plupart d’entre eux comportent désormais un dispositif de régulation thermostatique intégré, ou au minimum une régulation mécanique pour les équipements à combustible solide.
  • Les appareils télérégulables peuvent être pilotés par un système de régulation thermostatique, avec ou sans programmation temporelle. Ils constituent alors une alternative au chauffage central, avec une grande finesse de régulation et d’adaptation du chauffage de chaque pièce aux besoins réels correspondant à l’activité qui y règne. La régulation électronique n’est plus l’apanage des radiateurs électriques, mais s’applique avec la même efficacité aux radiateurs à gaz et aux appareils fonctionnant au pétrole ou au fioul.
  • Les appareils à usage spécifigue se caractérisent par leur forme ou leur aspect :

–              le sèche-serviettes peut être tout- électrique, raccordé au chauffage central, ou mixte, l’électricité prenant dans ce cas la relève quand la chaudière de chauffage central est éteinte, ou venant en appoint pour relever la température de la salle de bains pendant qu’une personne l’occupe;

–              les « fausses cheminées », conçues pour s’intégrer dans une ancienne cheminée ou une construction en trompe-l’œil, peuvent fonctionner en combustion (gaz ou fioul) mais également avec l’électricité.

Appareils à combustion

Le chauffage individuel fut longtemps le domaine de prédilection des appareils à combustion. Nombre d’appartements construits jusqu’au milieu des années 1970 étaient équipés d’un chauffage individuel, certains brûlant même du charbon.

Dans tous les cas, l’installation de ces appareils impose d’assurer une aération régulière et une évacuation des gaz de combustion insensible aux aléas climatiques, pour éviter les catastrophes et une sage précaution consiste à les équiper d’un détecteur de monoxyde de carbone.

Chaleur électrique

C’est l’électricité qui offre la plus grande diversité de moyens de chauffage.

  • Le convecteur, radiateur électrique le plus simple a beaucoup évolué, avec notamment la création du ventilo-convecteur assurant un brassage plus homogène de l’air qui réduit la sensation de « froid aux jambes ».
  • Le panneau rayonnant élimine le brassage des poussières et répartit la chaleur de manière homogène dans le volume chauffé.
  • L’accumulateur assure une température de fond à partir de la chaleur emmagasinée la nuit et restituée lentement pendant 6 à 8 heures.
  • Les appareils réversibles peuvent servir presque toute l’année, en assurant selon la saison le chauffage ou la climatisation.